#021 Je suis insuffisant rénal chronique dialysé. Dois-je suspendre mes séances de dialyse dans le contexte de la COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue de recommandations.

doigtNon, vous ne devez en aucun cas arrêter vos séances de dialyse.

La société Francophone de Néphrologie Dialyse et Transplantation rappelle que tout doit être mise en œuvre pour que chaque patient puisse bénéficier d’une prise en charge adaptée à ses besoins, tout en limitant le risque de transmission de la COVID-19.

Pour ce faire, voici les principales recommandations :

  • Respecter les gestes barrière
  • Transport individuel jusqu’au centre de dialyse et pas d’accompagnant
  • Pour limiter le risque de transmission, la collation ne sera plus possible pendant les séances de dialyse dans les périodes de haute circulation virale. Une collation sera remise au patient à l’issue de la séance et à consommer chez lui, pas dans le transport.
  • Prendre régulièrement sa température à domicile
  • Prévenir le centre de dialyse si : apparition de fièvre, en cas de contact avec un individu positif COVID, ou en cas d’apparition de symptômes entre deux séances : dans le but d’organiser au mieux votre venue, tout en protégeant le personnel soignant et les autres patients. Votre séance de dialyse pourrait alors avoir lieu dans un box isolé par exemple.

Références :

#022 Je suis insuffisant rénal chronique en attente de greffe. Je suis un protocole d'immunomodulation dans ce cadre. Dois-je arrêter ce protocole ?

La réponse à cette question est issue de recommandations et fait l’objet d'un consensus d'experts.

Suite à l’expérience de la première vague au printemps 2020, La Société Francophone de Transplantation (SFT), la Société Francophone de Néphrologie Dialyse et Transplantation (SFNDT) et l’Association Française d'Urologie (AFU) n’ont pas réitéré de suspension provisoire de l’activité de transplantation rénale et rein/pancréas en France en amont de cette 2ème vague de l’épidémie de COVID-19. Une reprise de l’activité suite au déconfinement avait été recommandée par ces sociétés savantes le 11 mai 2020.   L'Agence de la biomédecine a fait la même recommandation, actualisée en septembre en vue d’une recrudescence possible de l’épidémie.

Il ressort de ces recommandations le besoin d’évaluation en fonction du rapport bénéfice/risque individuel de chaque patient ainsi que de la situation sanitaire et de l’engorgement hospitalier de la région concernée.

Le protocole d’immunomodulation (ou de désensibilisation), traitement immunosuppresseur, est nécessaire avant la greffe chez les patients hyperimmunisés. Dans la mesure où les greffes sont envisagées au cas par cas en fonction de la situation hospitalière et sanitaire de la région et des facteurs de risques du patient, il est donc essentiel et urgent de contacter votre néphrologue pour connaître la conduite à tenir concernant votre traitement.

Références :

#030 Je suis séropositif et sous traitement pour le VIH. Dois-je l'arrêter pendant l'épidémie de COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue de recommandations.

Non, il ne faut surtout pas arrêter votre traitement antirétroviral. De plus, il vous faut vous assurer d'avoir un approvisionnement suffisant pour ne pas tomber en rupture de stock. Pour rappel, les renouvellements d'ordonnance sont possibles à partir de 21 jours après la dernière dispensation. Par ailleurs, assurez-vous auprès de votre médecin de pouvoir continuer votre suivi médical, sous forme de téléconsultation par exemple.
Par ailleurs, certains traitements utilisés dans la prise en charge du VIH sont en cours d'expérimentation pour le traitement du COVID-19, c'est le cas du KALETRA® (Lopinavir + Ritonavir). Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez consulter la question #099.

Médicaments utilisés dans le traitement d'une infection au VIH :
Abacavir (ZIAGEN®) Abacavir + Lamivudine (KIVEXA®) Emtricitabine (EMTRIVA®) Emtricitabine + Ténofovir alafénamide (DESCOVY®) Emtricitabide + Ténofovir disoproxil (TRUVADA®) Lamivudine (EPIVIR®) Ténofovir disoproxil (VIREAD®) Zidovudine (RETROVIR®) Zidovudine + Lamivudine (COMBIVIR®) Zidovudine + Lamivudine + Abacavir (TRIZIVIR®) Doravirine (PIFELTRO®) Efavirenz (SUSTIVA®) Etravirine (INTELENCE®) Névirapine (VIRAMUNE®) Rilpivirine (EDURANT®) Atazanavir (REYATAZ®) Darunavir (PREZISTA®) Fosamprénavir (TELZIR®) Ritonavir (NORVIR®) Ritonavir + Lopinavir (KALETRA®) Enfuvirtide (FUZEON®) Maraviroc (CELSENTRI®) Dulotégravir (TIVICAY®) Raltégravir (ISENTRESS®) Ténofovir disoproxil + Emtricitabine + Efavirenz (ATRIPLA®) Emtricitabine + Ténofovir disoproxil + Rilpivirine (EVIPLERA®) Emtricitabine + Ténofovir alafénamide + Rilpivirine (ODEFSEY®) Doravirine + Lamivudine + Ténofovir disoproxil (DELSTRIGO®) Cobicistat + Elvitégravir + Emtricitabine + Ténofovir disoproxil (STRIBILD®) Bictégravir + Emtricitabine + Ténofovir Alafénamide (BIKTRAVY®) Dulotégravir + Abacavir + Lamivudine (TRIUMEQ®) Dulotégravir + Rilpivirine (JULUCA®)

Références :
http://sfls.aei.fr/ckfinder/userfiles/files/Actus/doc/2020/COVID19_PVVIH_Reco_SFLS-SPILF.pdf

#032 Je suis insuffisant surrénalien sous hydrocortisone. Dois-je arrêter mon traitement pendant l'épidémie de COVID-19 ?

La réponse à cette question a fait l'objet de recommandations de la Société Française d'Endocrinologie.
Non, vous ne devez surtout pas arrêter votre hydrocortisone. Elle est indispensable en cas d’insuffisance surrénalienne, car elle vise à remplacer le fonctionnement de la glande surrénale. Il en est de même pour les doses de charge en hydrocortisone (orales ou injectées) potentiellement nécessaires en cas de stress (physique ou émotionnel).
La prise d’hydrocortisone n’augmente pas le risque de forme sévère de Covid-19, et elle ne doit aucunement être arrêtée en cas de suspicion ou d'infection Covid-19.
Par ailleurs, ne pas confondre l'hydrocortisone avec la prise de corticoïdes de synthèse à forte dose, tels que la prednisolone, Solupred® ou la prednisone, Cortancyl®, par exemple.
Enfin, en cas de fièvre, d'épisode de santé aigu qui constitue un stress, il faut au contraire augmenter la dose d'hydrocortisone selon les modalités définies par votre endocrinologue.

 Référence :
http://www.sfendocrino.org/article/1014/covid-19

#037 J'ai posé une question récemment et je ne trouve pas la réponse dans les nouvelles fiches publiées. Pourquoi ?

Il existe plusieurs situations possibles :
- Votre question existe déjà sous une autre formulation, et est donc déjà publiée. Dans ce cas, nous vous invitons à regarder attentivement le listing des fiches questions/réponses pour vérifier que votre question n'a pas déjà été traitée sous une autre forme. Vous pouvez également rechercher votre réponse à l'aide du site covid19-medicaments.com , en entrant votre médicament, vous trouverez toutes les fiches question/réponse publiées s'y rapportant.
- Votre question est trop spécifique, ou relève d'une décision médicale, nous ne pouvons donc vous répondre individuellement ou nous substituer à la décision de votre médecin. Dans ce cas, contactez votre médecin généraliste, votre spécialiste référent, ou votre centre régional de pharmacovigilance https://www.rfcrpv.fr/contacter-votre-crpv.
- Nous n'avons pas encore pu traiter votre demande, elle sera publiée dès que possible. Le circuit de validation demande le temps de rédaction de la réponse, puis le consensus obligatoire sur la réponse de deux experts nationaux avant d'être validée et publiée.

L’email a bien été copié

#041 Je suis diabétique de type 1. Dois-je modifier mon traitement par insuline pendant l'épidémie de COVID-19 ?

Si vous êtes diabétiques de type 2, consultez la question 42.

La réponse à cette question est issue de recommandations.

attentionLa première chose à rappeler est de ne jamais arrêter votre traitement par insuline.

Dans le contexte de l'épidémie de la COVID-19, l'important est de maintenir un équilibre glycémique satisfaisant, selon les objectifs qui vous ont été donnés par votre médecin.

  • En cas de diminution de votre activité physique (par exemple du fait du confinement), vous aurez peut-être besoin d'augmenter vos doses d'insuline. Dans ce cas, se reporter à son protocole habituel et/ou son centre de diabétologie référent.
  • En l'absence de symptômes infectieux, continuez votre traitement habituel comme il vous est prescrit. Poursuivez votre suivi médical comme prévu, en cas de rendez-vous de consultation, n’hésitez pas à appeler votre service habituel pour déterminer si une consultation présentielle ou à distance est préférable.
  • En présence de symptômes infectieux, qu'ils soient attribuables au coronavirus ou non, il vous faut appliquer les mesures habituelles en cas d'infection (surveillance plus fréquente de la glycémie, hydratation adaptée …) et être vigilant quant au risque de déséquilibre aigüe, de déshydratation voire de cétose lié à l’infection.

Ne pas oublier de traiter les symptômes sous-jacents tels que la fièvre (se rapporter à la question #024).

attention En cas de déséquilibre du diabète, contactez votre médecin.
En cas de fièvre persistante, de diarrhées, de douleurs abdominales, d'une haleine fruitée évocatrice d'acétone, il faut consulter en urgence.

Pour mémoire, vérifiez votre stock de matériel et médicament habituel. Si vous êtes sous traitement par insuline et utilisateur du Kit FreeStyle Libre comme dispositif de surveillance, la prise d'acide ascorbique (alias vitamine C) peut élever faussement les résultats de la glycémie estimée par le dispositif (https://www.prescrire.org/fr/3/31/55200/0/NewsDetails.aspx ), vérifiez la glycémie capillaire en cas de doutes.

Veillez également à suivre les précautions de la population générale (respectez les consignes d'hygiène et de confinement …, disponible surhttps://www.gouvernement.fr/info-coronavirus).

Par ailleurs, le Conseil d’État a suspendu les dispositions du décret du 29 août 2020 qui avait restreint les critères définissant les « personnes vulnérables » ouvrant droit au chômage partiel (ou autorisation spéciale d’absence dans la fonction publique) en cas d’impossibilité de télétravail. Si vous avez un diabète sucré, vous pouvez en faire partie, il faut vérifier selon l’évolution des critères, disponibles ici https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14380 , avec l’aide de votre médecin traitant.

Références :

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-04/diabete-poursuivresessoinsetfairefaceaucovid-19-guidepatient.pdf
https://www.ajd-diabete.fr/wp-content/uploads/2020/03/Familles-R%C3%A9sum%C3%A9-des-reco-COVID19.pdf
https://www.sfdiabete.org/actualites/medical-paramedical/covid-19-et-diabete-etat-des-lieux
https://www.federationdesdiabetiques.org/federation/actualites/diabete-et-covid-19-le-point-sur-vos-risques

#042 Je suis diabétique de type 2. Dois-je modifier mon traitement pendant l'épidémie de COVID-19 ?

Si vous êtes diabétiques de type 1, consultez la question 41.

La réponse à cette question est issue de recommandations.

doigtNon, tant que vous être équilibré, il ne faut pas changer le traitement de votre diabète.

En effet, dans le contexte de l'épidémie de la COVID-19, l'important est de maintenir un équilibre glycémique satisfaisant, selon les objectifs qui vous ont été donnés par votre médecin.

  • En l'absence de symptômes infectieux, continuez votre traitement habituel comme il vous est prescrit. Poursuivez votre suivi médical comme prévu, en cas de rendez-vous de consultation, n’hésitez pas à appeler votre service habituel pour déterminer si une consultation présentielle ou à distance est préférable.
  • En présence de symptômes infectieux, qu'ils soient attribuables au coronavirus ou non, il vous faut appliquer les mesures habituelles en cas d'infection (surveillance plus fréquente de la glycémie, hydratation adaptée …) et être vigilant quant au risque de déséquilibre aigüe, de déshydratation voire de cétose lié à l’infection.

Ne pas oublier de traiter les symptômes sous-jacents tels que la fièvre (se rapporter à la question #024).

attentionEn cas de déséquilibre du diabète, contactez votre médecin.
En cas de fièvre persistante, de diarrhées, de douleurs abdominales, de vomissements, d'une haleine fruitée évocatrice d'acétone, il faut consulter en urgence.

Pour mémoire, vérifiez votre stock de matériel et médicament habituel. Si vous êtes sous traitement par insuline et utilisateur du Kit FreeStyle Libre comme dispositif de surveillance, la prise d'acide ascorbique (alias vitamine C) peut élever faussement les résultats de la glycémie estimée par le dispositif (https://www.prescrire.org/fr/3/31/55200/0/NewsDetails.aspx ), vérifiez la glycémie capillaire en cas de doutes.


Veillez également à suivre les précautions de la population générale
(respectez les consignes d'hygiène et de confinement …, disponible surhttps://www.gouvernement.fr/info-coronavirus).

Le Conseil d’État a suspendu les dispositions du décret du 29 août 2020 qui avait restreint les critères définissant les « personnes vulnérables » ouvrant droit au chômage partiel (ou autorisation spéciale d’absence dans la fonction publique) en cas d’impossibilité de télétravail. Si vous avez un diabète sucré, vous pouvez en faire partie, il faut vérifier selon l’évolution des critères, disponibles ici https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14380 , avec l’aide de votre médecin traitant.

Références :

 https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-04/diabete_-_poursuivre_ses_soins_et_faire_face_au_covid-19_-_guide_patient.pdf
https://www.sfdiabete.org/actualites/medical-paramedical/covid-19-et-diabete-etat-des-lieux 
https://www.federationdesdiabetiques.org/federation/actualites/diabete-et-covid-19-le-point-sur-vos-risques

 

#043 J’ai la diarrhée, symptôme possiblement lié au COVID-19, quel médicament puis-je prendre pour la soulager ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts et de recommandations.

  • La diarrhée aiguë est un symptôme possible de COVID-19.
  • Il faut respecter des règles d’hygiène (lavage des mains, ne pas partager les objets de toilette ni les couverts…), car la transmission du COVID-19 semble possible par le péril fécal.
  • Il faut maintenir une hydratation importante et adapter son alimentation avec par exemple l’ingestion de bouillons salés, de repas légers contenant du riz, de pommes de terre, de pâtes, de semoule, de légumes cuits et de viandes maigres.
  • Nous recommandons de consulter votre médecin en cas de diarrhées aiguës glaireuses et/ou avec présence de sang et/ou très abondantes (>5 fois par jour) et/ou si vous êtes une personne fragile (personnes âgées, dépendantes).
  • Habituellement, une diarrhée aiguë ne nécessite pas de traitement symptomatique médicamenteux. En cas d’utilisation d’un médicament pour soulager les symptômes, nous recommandons de privilégier le RACECADOTRIL (antisécrétoire périphérique). L'utilisation de LOPERAMIDE (ralentisseur du transit) n'est pas recommandée en cas de diarrhée aiguë infectieuse et en particulier bactérienne.
  • Par ailleurs, la NIFUROXAZIDE et la DIOSMECTITE ne sont pas recommandées en cas de diarrhée aiguë du fait de l’absence de démonstration réelle de leur efficacité et de possibles effets indésirables.

Références :
https://www.snfge.org/content/diarrhee-aigue

Pan, Lei et al. “Clinical Characteristics of COVID-19 Patients With Digestive Symptoms in Hubei, China: A Descriptive, Cross-Sectional, Multicenter Study.” The American journal of gastroenterology vol. 115,5 (2020): 766-773. doi:10.14309/ajg.0000000000000620 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7172492/

Amirian, E. Susan et al. Potential fecal transmission of SARS-CoV-2: Current evidence and implications for public health. International Journal of Infectious Diseases, Volume 95, 363 – 370. https://www.ijidonline.com/article/S1201-9712(20)30273-3/fulltext

#046 Je suis sous traitement pour une pathologie de la thyroïde (hypo- ou hyperthyroïdie). Dois-je arrêter mon traitement pendant l'épidémie de COVID-19 ?

La réponse à cette question n'a pas fait l'objet de recommandations et est issue d'un consensus d'experts en s’appuyant sur la mise au point de l’ETA (European Thyroid Association) publiée le 23.02.2021.

Non, il ne faut pas arrêter votre traitement.
En cas d'hypothyroïdie : l'arrêt de votre traitement substitutif par levothyroxine (Levothyrox, L-thyroxin®, Thyrofix®, Tsoludose®) vous expose à une récidive des symptômes d'hypothyroïdie. Votre traitement ne vous expose pas à un risque accru de contracter le virus.

En cas d'hyperthyroïdie : l'arrêt de votre traitement par antithyroïdien (carbimazole, Néomercazole®, propylthiouracyle, Proracyl®, benzylthiouracile, Basdène®, Thyrozol®, Methimazole) vous expose à une récidive de l'hyperthyroïdie. Des cas de baisse du nombre de globules blancs chez des patients traités par antithyroïdiens de synthèse, qui augmenterait la sensibilité aux infections, ont été rapportés, mais ils sont rares et surviennent majoritairement dans les 6 premières semaines de traitement. Respectez les consignes données par votre médecin généraliste ou endocrinologue concernant la conduite à tenir en cas de fièvre, et réalisez une prise de sang pour vérifier votre taux de globules blancs.

Deux études ont été réalisées dans cette population à partir de registres médicaux danois. La première est une étude cas-témoin, ayant inclus 28 078 patients positifs au SARS-CoV2, dont 809 traités par lévothyroxine et 91 par antithyroïdiens. La deuxième est une étude de cohorte, ayant inclus 16 502 patients positifs au SARS-Cov2, dont 572 traités par lévothyroxine et 75 par antithyroïdiens. L’une et l’autre concluent à l’absence de surrisque d’infection Covid-19 chez les patients recevant un traitement pour une hypo ou hyperthyroïdie, ainsi qu’à l’absence d’augmentation de la mortalité, du risque d’hospitalisation ou d’évolution vers des formes graves.

Références :

Brix et al. Risk and course of SARS-CoV-2 infection in patients treated for hypothyroidism and hyperthyroidism. The Lancet Diabetes & Endocrinology, Volume 0, Issue 0 https://www.thelancet.com/journals/landia/article/PIIS2213-8587(21)00028-0/fulltext

https://www.eurothyroid.com/news/sars-cov-2-hypo-hyperthyroidism.html

 

#050 J'ai été greffé(e) d'un organe et suis sous traitement immuno-suppresseur. Dois-je arrêter mon traitement pendant l'épidémie de COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.

Non, vous ne devez pas arrêter votre traitement immuno-suppresseur. Ceci vous exposerait au risque de rejet de votre greffon. Respectez scrupuleusement les gestes barrières.
En cas de symptômes évocateurs d'un épisode infectieux, contactez votre médecin traitant en lui rappelant votre traitement.

Références :
https://www.sfndt.org/actualites/covid-19-suspension-provisoire-de-lactivite-de-transplantation-renale-et-rein-pancreas
https://sfcardio.fr/sites/default/files/inline-files/Recommandations-CORONAVIRUS_CARDIOGEN_20-03-20_VF11811.pdf

#052 Je suis actuellement traité(e) par une crème contenant des corticoïdes* pour une allergie ou une maladie de la peau. Dois-je arrêter ce médicament pendant l'épidémie de COVID-19 ?

*Hydrocortisone/Cortapaisyl/Cortisedermyl/Dermofenac/Efficort/Locoid/Onctose hydrocortisone...

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts et de recommandations.

Non, de façon générale, il faut poursuivre le traitement de votre pathologie.
L'effet anti-inflammatoire général des corticoïdes utilisés par voie locale est limité. Il n’y a pas actuellement de données suggérant que les corticoïdes utilisés par voie locale augmentent le risque d’infection, la gravité ou la durée de l’infection à Covid-19. En revanche, l'arrêt du traitement vous expose à un risque de recrudescence de votre affection cutanée.
Néanmoins, nous recommandons aux personnes âgées recevant des doses importantes de dermocorticoïdes (par ex. plusieurs tubes par jour de propionate de clobétasol, DERMOVAL®), de contacter leur médecin généraliste ou leur dermatologue.

En cas de signes infectieux évoquant un Covid-19 (toux, fièvre, douleurs musculaires, perte récente du gout ou de l'odorat...), contactez votre médecin traitant pour savoir si vous devez modifier votre traitement.

#058 J'ai un cancer du sein pour lequel je prends une hormonothérapie (Letrozole, Anastrozole, Exemestane, Tamoxifene). Dois-je l’arrêter dans le contexte de l'épidémie du COVID-19?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.
Non, vous ne devez pas arrêter votre hormonothérapie prescrite dans le cadre de votre cancer du sein.
Les hormonothérapies ne sont pas des traitements immunosuppresseurs et ne sont pas connues pour augmenter le risque d’infection virale.
Si votre hormonothérapie est associée à une thérapie ciblée ou une chimiothérapie demandez avis à votre oncologue.
Important : Respecter le confinement et renforcer les précautions et les mesures barrières.

#062 Les huiles essentielles sont-elles efficaces pour éliminer le virus de la COVID-19 de l'environnement ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.
Il n’existe pas à l’heure actuelle de preuve de l’action des huiles essentielles sur le COVID-19 lorsque celles-ci sont pulvérisées ou diffusées dans l’atmosphère.
Les huiles essentielles sont des formes concentrées qui doivent être utilisées avec précaution voire sont contre-indiquées dans certaines populations (femmes enceintes et allaitantes, enfants de moins de 7 ans, épileptiques, asthmatiques, allergiques).
De plus, les huiles essentielles diffusées ou pulvérisées contribuent à polluer l’air ambiant de votre logement en le saturant de composés organiques volatils. La meilleure méthode pour assainir l’air de votre logement reste de l’aérer quotidiennement.
En conséquence, il n’est pas recommandé d’utiliser les huiles essentielles en pulvérisation ou diffusion dans l’atmosphère pour lutter contre le virus de la COVID-19.
A ce jour, la meilleure façon de se prémunir de la COVID-19 reste le respect des gestes barrières et des recommandations nationales.

Références :
https://www.anses.fr/fr/content/sprays-et-diffuseurs-%C3%A0-base-d%E2%80%99huiles-essentielles-l%E2%80%99anses-appelle-%C3%A0-la-vigilance-0
https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-un-air-sain-chez-soi.pdf
https://www.ansm.sante.fr/Activites/Medicaments-a-base-de-plantes/Les-huiles-essentielles/

L’email a bien été copié

#065 L'homéopathie peut-elle prévenir l'infection à la COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.
A l'heure actuelle, aucune donnée scientifique ne permet de démontrer l'efficacité de l'homéopathie, quelle que soit la spécialité, et qu'elle soit en lien ou non avec la COVID-19.
Par ailleurs, aucune donnée ne suggère non plus d'effets indésirables particuliers au décours d'un traitement homéopathique.
Il n'existe donc aujourd'hui aucun bénéfice ou risque à prendre de l'homéopathie pour prévenir (tant que je n'ai pas de symptômes) ou guérir (quand je suis malade) la COVID-19.

En cas de symptômes :
- Je tousse et/ou j'ai de la fièvre, j'appelle un médecin (mon médecin traitant/téléconsultation), je reste à mon domicile et je m'isole.
- J'ai de la fièvre, associée à de la toux et des difficultés à respirer, ou je fais un malaise, j'appelle le 15.

 

#070 Le paracétamol exerce-t-il un effet préventif face à la COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.
Non, le paracétamol n'a pas de propriétés antivirales. Ce médicament est un antalgique (il combat la douleur) et un antipyrétique (il diminue la fièvre). Il permet donc de traiter les symptômes du COVID-19, mais en aucun cas d'éviter une infection !
Pour plus d'information concernant le bon usage du paracétamol, se reporter à la question #024.

Références :
https://www.rfcrpv.fr/paracetamol-medicament-a-mieux-connaitre/
https://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/paracetamol

#074 Je prends un traitement par vitamines (A, B, C, D) ou oligo-éléments (magnésium, ...). Dois-je arrêter mon traitement pendant l'épidémie ? Est-ce que ce traitement protège du COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.

Non, vous ne devez pas arrêter votre traitement.
Il faut le poursuivre car des études semblent montrer qu'en cas d'infection virale une carence en certaines vitamines pourrait être associée à une forme plus grave, de moins bon pronostic.
En revanche, il n'y a aucune donnée qui permette de conclure que les vitamines ou les oligo-éléments protègent du (ou peuvent traiter le) COVID-19.

Références :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7079862/
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1002/jmv.25707

#075 Je prends un anti-acide pour des brûlures d’estomac et/ou ulcère gastro-duodénal. Dois-je l’arrêter dans le contexte d’épidémie au COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue d’un consensus d’experts.

Si ce traitement contre l’acidité gastrique est médicalement justifié, vous ne devez pas l’arrêter.
L’arrêt injustifié de ce médicament vous exposerait à un risque de récidive de la maladie ayant conduit à sa prescription, ou à la survenue d’un ulcère gastrique ou duodénal.
Il n’existe pas à ce jour de signal en faveur d’un risque accru de contracter une infection au COVID-19 avec ces médicaments, et ils ne sont pas connus pour diminuer les voies de lutte contre les infections virales.

#078 J'ai un herpès oculaire ou labial. En cas de poussée, je prends un antiviral par voie orale et locale. Dois-je poursuivre ce traitement dans le contexte de la COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.
Les traitements que vous prenez pour un herpès labial ou oculaire sont des médicaments anti-viraux dirigés contre le virus de l'herpès. Ils ne sont pas contre-indiqués ou déconseillés dans le contexte actuel de la COVID-19. Pour information, ils n'ont pas d'activité antivirale contre le SARS-CoV2 responsable de la COVID-19.
En cas de poussée d'herpès, nous vous recommandons donc de prendre votre traitement comme à votre habitude.

#080 Je prends des probiotiques pour booster mes défenses immunitaires, est ce dangereux dans le contexte de la COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue de recommandations et d'un consensus d'experts.

La prise de probiotiques n'a, à ce jour, pas démontré de bénéfices ou de risques pour prévenir ou traiter une infection COVID-19.
En revanche, même en dehors du contexte de la COVID-19, les probiotiques sont formellement contre-indiqués pour les patients immunodéprimés ou hospitalisés en état critique. En effet, ils peuvent être responsables d'une fongémie (passage dans le sang des micro-organismes contenus dans le probiotique), d'évolution parfois fatale.
Pour rappel, parmi l'ensemble des probiotiques disponibles, seuls les médicaments (ULTRA-LEVURE®, LACTEOL®) possèdent une indication dans le traitement symptomatique d'appoint de la diarrhée, en complément de la réhydratation. L'usage d'autres allégations de santé (en tant que stimulant du système immunitaire, par exemple) n'est pas autorisé pour les probiotiques.

Références :
https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/c3aed6ba12dceb1d63b749e62b0fea7c.pdf https://eurekasante.vidal.fr/parapharmacie/complements-alimentaires/probiotiques-bifidobacteries-saccharomycetes.html
https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/allegations-sante-sur-sites-internet-complements-alimentaires

 
L’email a bien été copié

Conception Internet Bordeaux LOGO internet bordeaux mini - Webmaster Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.