2.3.1 Le « HARKing »

     

Les résultats des études purement exploratoires sont assez souvent présentés comme s’ils étaient obtenus par une approche hypothético-déductive. Cette démarche est parfois qualifié de « HARKing » (Hypothesizing After the Results are Known ) [53] . Il s’agit donc d’une perversion de la démarche hypothético-déductive qui fait passer un raisonnement purement inductif (par exemple issu d’une découverte fortuite) en argument solide issue d’une démarche de confirmation déductive. Seule une lecture attentive de l’étude et une bonne connaissance du domaine permettent de détecter alors la réelle nature du résultat mis en avant.

La publication en 2009 de l’essai ABCSG-12 [54] conclu à un effet « anti-cancer de l’acide zolédronique » dans le cancer du sein pré-ménopausique en traitement adjuvant. Bien que surprenant au premier abord, ce résultat semble être en lien avec l’objectif de l’étude concernant ce produit (l’étude est un plan factoriel comparant aussi goserelin et tamoxifen versus goserelin et anastrozole). En effet, des références fondamentales laissant envisager un effet « anti-cancer » sont citées. Cependant, les dates de ces références (publiées entre 2007 et 2008) posent problème, car le premier patient a été inclus dans cet essai en 1999. La justification de l’hypothèse concernant l‘acide zolédronique est donc postérieure au début de l’essai. De plus, dans le protocole et le plan d’analyse statistique, il apparait que l’objectif initial concernant l’acide zolédronique était la prévention de la perte osseuse induite par les autres traitements (goserelin et tamoxifen versus goserelin et anastrozole).

Ainsi il devient probable que lors d’une analyse non prévue de l’effet de l’acide zolédronique sur le critère « Disease-Free Survival » (DFS), un résultat significatif est découvert fortuitement. Ce résultat est ensuite justifié en formulant a posteriori l’hypothèse correspondante et en la justifiant avec des études fondamentales postérieures au début de l’étude. L’aspect exploratoire de ce premier résultat a cependant été perçu par une autre équipe qui met alors en place l’essai AZURE [55] qui ne confirmera pas l’hypothèse générée par la première étude.

L’ampleur de cette pratique du « HARKing » en science est bien illustrée par un article d’un blog où l’auteur, très naïvement, décrit avec précision des pratiques de p-hacking et les érige en bonne pratique permettant aux étudiants en thèse d’atteindre l’excellence note n° 16 .


[16] https://web.archive.org/web/20170312041524/http:/www.brianwansink.com/phd-advice/the-grad-student-who-never-said-no