#099 le KALETRA® (Lopinavir/Ritonavir) est-il efficace pour prévenir ou traiter la COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue de recommandations.

Le KALETRA®, une association fixe de lopinavir et ritonavir, est indiqué dans la prise en charge de l’infection VIH, en association avec d’autres médicaments antirétroviraux pris au long cours.

Des données in vitro (en laboratoire) et chez l’homme ont montré que cette association avait une activité sur d’autres coronavirus, famille de virus dont fait partie le SARS-Cov2, responsable de la COVID-19. C’est donc à ce titre que l’efficacité et la sécurité de cette association ont été testées au cours d’essais cliniques chez des patients atteints de la COVID-19.

doigtA l’heure actuelle, nous disposons de suffisamment de données pour statuer sur le fait que l’association lopinavir/ritonavir contenue dans le KALETRA® ne présente pas d’intérêt dans le traitement de la COVID-19 chez les patients hospitalisés.

Entre autres, deux grands essais ont testé l’efficacité et la sécurité de cette association dans la COVID-19 chez des patients hospitalisés : SOLIDARITY et DISCOVERY. Dans ces essais, on comparait sur les plans de l’efficacité et de la tolérance : le traitement standard (symptomatique), l’association lopinavir/ritonavir avec ou sans interféron bêta, l’hydroxychloroquine et le remdesivir.
Depuis Juillet 2020, après avoir arrêté les inclusions dans le bras hydroxychloroquine, l’arrêt des inclusions a également été décidé dans les deux bras comportant cette association (associée ou non à l’interféron bêta), en raison d’une absence d’efficacité sur la mortalité à 28 jours et d’une augmentation de survenue d’évènements indésirables graves, notamment une détérioration de la fonction rénale chez le patient de réanimation (1).

De plus, les résultats de l’essai RECOVERY ont été publiés le 05 octobre dernier dans la revue médicale The Lancet (2). Il s’agissait d’un essai contrôlé, randomisé, en ouvert, multicentrique, évaluant différents traitements possibles dont l’association lopinavir/ritonavir. Entre le 19 mars 2020 et le 29 juin 2020, 1616 patients ont reçu cette association, et 3424 ont bénéficié du traitement standard (symptomatique). Cet essai a conclu que ce traitement n’était pas associé à une réduction de la mortalité à 28 jours, ni de la durée d’hospitalisation, ni du risque d’aggravation en réanimation ou de décès.

Ainsi, le 20 octobre 2020, la Haute Autorité de Santé statue : « A ce jour, la preuve d’efficacité du lopinavir/ritonavir dans le traitement de la COVID-19 n’est pas établie dans des études de phase III contrôlées, randomisées. Aucune recommandation préconise son utilisation en dehors d’un encadrement dans un essai clinique. » (3)

Références :

  1. https://presse.inserm.fr/discovery-arret-des-inclusions-dans-deux-groupes-de-traitements/40087/
  2. https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)32013-4/fulltext
  3. https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-10/veilledesetudescliniquespublieespourcertainsmedicamentsducovid19-20octobre_2020.pdf

Evaluation de nouveaux traitements

  • Dernière mise à jour le .

Conception Internet Bordeaux LOGO internet bordeaux mini - Webmaster Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.