#002 Je souhaite prendre un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS)* pour la fièvre, que dois-je faire ?

La réponse à cette question est issue de recommandations.

attentionIl est préférable de ne pas le prendre, surtout si la fièvre est en lien avec une possible infection à SARS CoV2.

En effet, il est recommandé de ne pas utiliser d’anti-inflammatoire non stéroïdien dans le traitement symptomatique des manifestations de l’infection à SARS CoV2, comme la fièvre, les myalgies, …même en cas de prise ponctuelle. Le PARACETAMOL, à dose recommandée et en l’absence de contre-indication, est à privilégier en cas de symptômes de type fièvre, douleurs et courbatures.

En effet, dans cette situation, la prise d’un AINS pour les premières manifestations de l’infection à SARS CoV2 pourrait favoriser l’évolution vers une forme grave de COVID. Cette hypothèse est étayée par des données expérimentales suggérant que l’ibuprofène augmenterait l’expression de l’enzyme de conversion de l’angiotensine II, qui sert de récepteur au virus et par des données mécanistiques, les AINS empêchant le processus inflammatoire utile à la phase initiale de l’infection virale. Dans une synthèse nationale récente des cas notifiés en pharmacovigilance d’infections à SARS-CoV-2 compliquées de pneumonie, les patients ayant pris un AINS pour les symptômes précoces de l’infection avaient des caractéristiques cliniques différentes des cas de réanimation décrits par Santé Publique France (plus jeunes, moins de comorbidités, évolution plus fréquente vers un syndrome de détresse respiratoire aiguë). En revanche, les patients prenant des AINS en traitement chronique avaient des caractéristiques similaires, le sur-risque éventuel lié à l’AINS étant à la marge par rapport à celui inhérent au terrain.

Ainsi, en l’absence d’étude clinique en faveur d’un bénéfice des AINS sur les symptômes précoces de l’infection à SARS-CoV-2 et du risque possible d’aggravation, la recommandation est de ne pas utiliser d’AINS en cas de symptôme précoce évoquant une infection à SARS-CoV-2 (fièvre, toux fébrile, myalgies, syndrome pseudo-grippal,…). En revanche, un traitement chronique par AINS pour une pathologie rhumatologique peut être poursuivi.

doigtSi vous prenez un AINS pour une maladie chronique , ne l’arrêtez pas de vous-même car vous risquez d’aggraver votre maladie. Demandez conseil à votre médecin

Les résultats des quelques études pharmacoépidémiologiques récentes n’ont pas conduit à remettre en cause cette recommandations (Jeon et al, 2020 ; Wong et al 2020, Lund et al, 2020) car elles n’ont pas été construites en s’appuyant sur le profil initial à risque qui est l’usage ponctuel d’AINS pour de la fièvre, de la toux ou des myalgies. Le plus souvent ces études ont englobé tous les AINS quels que soient le motif de la prise et la durée de la prise (souvent remontant à plusieurs mois), exposition mesurée à partir de bases de données de remboursement des médicaments (qui exclut souvent et majoritairement les AINS pris en vente libre pour de la fièvre ou de la toux) ou encore le risque mesuré dans ces études était le decès (ce qui n’a jamais été au préalable décrit avec les AINS en prise ponctuelle et ne repose sur aucune hypothèse). De plus, ce risque de décés n’a pas pris en compte les autres facteurs comme l’obésité qui est un facteur de risque de décès dans la COVID-19.

References

Liste des AINS disponibles par voie orale :

  • Ibuprofène (Advil® (-Med®, -Caps®), Brufen®, Entralgis®, Hemagen Tailleur®, Ibupradol®, Intralgis®, Nureflex®, Nurofen® (-Caps®, -Fem®, -Flash®, -Tabs®), Spedifen®, Spifen®, Upfen®, Advilmed®, Antarene®, Nuprofrenpro®, Spedifen®, Spifen®, Pedea®)
  • Kétoprofène (Ketum®, Toprec®, Profemigr®, Profenid®, Biprofenid®, Toprec®, Profenid®)
  • Flurbiprofène (Antadys®, Cebutid®, Strefen®)
  • Fénoprofène (Nalgesic®)
  • Alminoprofène (Minalfene®)
  • Dexkétoprofène (Anantyum®, Ketesse®)
  • Nabumétone (Nabucox®)
  • Naproxène (Alevetabs®, Antalnox®, Apranax®, Naprosyne®)
  • Acide Tiaprofénique (Flanid®, Surgam®)
  • Acéclofénac (Cartrex®)
  • Diclofénac (Flector®, Voltarene®)
  • Etodolac (Lodine®)
  • Acide Méfénamique (Ponstyl®)
  • Morniflumate, Acide Niflumique (Nifluril®)
  • Célécoxib (Celebrex®)
  • Etoricoxib (Arcoxia®)
  • Parécoxib (Dynastat®)
  • Méloxicam (Mobic®)
  • Piroxicam (Brexin®, Cycladol®, Feldene® (-Dispersible®), Feldene®, Zofora®)
  • Ténoxicam (Tilcotil®)
  • Indométacine (Indocid®, Chrono-Indocid®)
  • Sulindac (Arthrocine®)

Douleur, fièvre, inflammation, Les plus vues

  • Dernière mise à jour le .

Conception Internet Bordeaux LOGO internet bordeaux mini - Webmaster Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.