Skip to main content

Stop au harcèlement des scientifiques et à la mise en danger de la santé publique

La SFPT dénonce la campagne agressive de dénigrement et de harcèlement dont font l’objet les auteurs d’un article publié dans Biomedicine & Pharmacotherapy (1) visant à estimer le nombre de décès liés à l’utilisation compassionnelle de l’hydroxychloroquine dans la Covid, article faisant suite aux décès induits par l'hydroxychloroquine rapportés en pharmacovigilance et dans les essais cliniques.
Le débat scientifique dans les suites d’une publication reste légitime mais ne peut s’inscrire que dans le cadre d’échanges avec le journal et sous couvert d’une analyse scientifique rigoureuse. Si les réseaux sociaux constituent un moyen de diffusion de l‘information, ils n’ont aucune pertinence dans le cadre des échanges scientifiques notamment lorsque les discussions sont initiées ou entretenues par des auteurs sans compétences scientifiques et médicales évidentes.

Dans ce contexte, la SFPT demande au Ministère de la Santé, au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, au Conseil de l’Ordre des médecins ainsi qu’à l’Université de Lyon 1 et aux Hospices Civils de Lyon de bien vouloir prendre toutes les mesures utiles à la protection des personnes à l’origine de cette publication, une publication effectuée dans le cadre de leur activité de recherche pour le bénéfice de la collectivité nationale.

(1) Pradelle et coll. Deaths induced by compassionate use of hydroxychloroquine during the first COVID-19 wave: an estimate. Biomedicine & Pharmacotherapy, 2024 171, 11605  https://doi.org/10.1016/j.biopha.2023.116055 

  • Dernière mise à jour le .