#176 La colchicine est-elle efficace pour prévenir ou traiter la COVID-19 ?

La réponse à cette question a fait l'objet d'un consensus d'experts.

L’efficacité de la colchicine dans le traitement de l’infection à COVID 19 est actuellement à l’étude, notamment en raison de ses propriétés anti-inflammatoires qui pourraient diminuer la sévérité de l’infection [1].

L’essai RECOVERY [2] a arrêté précocement ses recrutements dans le groupe de traitement par colchicine, selon un communiqué de presse du 5 mars dernier. Cette décision a été prise suite à une analyse préliminaire basée sur 11 162 patients randomisés, parmi lesquels 2178 décès ont été observés. Le critère de jugement principal de cette étude était la mortalité à 28 jours. 20% de décès sont observés dans le bras colchicine contre 19% dans le bras de soins standards seuls, ce qui mène aux résultats statistiques suivants : RR = 1,02 (IC95= [0,94-1,11], p = 0,63), soit une absence de différence statistiquement significative entre les deux groupes. Le suivi des patients déjà inclus continue pour permettre la publication des résultats finaux. Cet arrêt précoce affirme la non-efficacité de la colchicine chez des patients hospitalisés atteints d’une Covid-19 sévère 

L' étude suivante (pour le moment en 'preprint') [3] observationnelle colombienne sur 301 participants nécessitant une hospitalisation,  avec test PCR positif et confirmation du diagnostic de la COVID-19 par radiographie pulmonaire a été menée du 20 mars au 7 aout 2020. Dans un premier temps, les patients étaient traités selon un protocole institutionnel avec l’introduction d’un glucocorticoïde en cas de besoin en oxygène, 240 patients ont reçu un glucocorticoïde au cours de la période de l’étude. A partir du 1er juillet 2020, suite à une modification du protocole, un traitement par colchicine a été ajouté (0,5mg toutes les 12h pendant 7 à 14 jours) chez 145 patients (48 %). Le critère principal observé était le nombre de décès : 14 (10 %) décès dans le groupe traité par colchicine, contre 23 (15 %) décès sur les 156 patients non traités par colchicine. La différence du nombre de décès dans ces deux groupes n’était pas statistiquement significative (p = 0,18). De plus, ce schéma d’étude rétrospective avec des traitements différents en fonction de deux périodes temporelles est associé à un risque important de biais.

Une troisième étude [4], contôlée, randomisée, en ouvert a été menée sur 105 patients grecs hospitalisés du 3 au 27 avril 2020. Le critère principal d'évaluation clinique est la détérioration de deux points sur l'échelle de gravité de la maladie de l'OMS. Cette dégradation a été observée chez 7 patients du groupe de contrôle et chez 1 patient du groupe colchicine. La survie cumulée à 10 jours sans événement était donc de 83 % dans le groupe témoin contre 97 % le groupe colchicine (p = 0,03). Cependant, cette étude comporte de nombreuses limites à commencer par le choix du critère principal qui est une échelle pouvant être soumise à une variabilité de cotation en fonction des investigateurs. De plus le faible nombre de patients et surtout d’évènements ne permet pas d’extrapoler les résultats qui doivent être confirmés par d’autres études plus larges.

Une quatrième  étude [5], randomisée, contrôlée et multicentrique comparant l’administration de colchicine par rapport au placebo chez des patients ayant une infection prouvée ou suspectée à la COVID 19 présentant des facteurs de risques mais non hospitalisés. Au total 4488 patients ont été analysés. Concernant le critère de jugement principal (hospitalisation pour infection à la COVID-19 ou survenue de décès à J30) il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes : OR= 0,79 (IC95% [0,61–1,03]). Il n’y avait non plus de différence entre les 2 groupes concernant les critères de jugements secondaires : hospitalisation pour infection à la COVID-19 à J30 OR : 0,79 [0·60–1·03]; décès à J30 0,56 [0,19–1,67] ou nécessité de mise sous assistance ventilatoire OR : 0,53 [0,25–1,09]. Concernant les effets indésirables, ils étaient de 24,2% dans le groupe colchicine et de 15,5% dans le groupe placebo. Les principaux effets indésirables étaient gastro-intestinaux.

doigtEn l’état actuel des connaissances, nous pouvons conclure à une non-efficacité de la colchicine sur les formes sévères (patients hospitalisés) de la Covid-19. Concernant la prévention ou le traitement de forme légère à modérée (patient en ambulatoire) de la COVID-19, l’efficacité de la colchicine n’a également pas été démontrée. Son utilisation ne peut donc pas être recommandée au vu des données actuelles pour le traitement de la COVID-19.

doigt voir la méta-analyse évolutive sur metaevidence.org

Pour en savoir plus sur :

  • La conduite à tenir au cours de l’épidémie de COVID-19, pour les patients sous colchicine dans le cadre d’accès aigus microcristallins (goutte, chondrocalcinose…), péricardite, maladie de Behçet ou maladie périodique, vous pouvez consulter la question #082.

    Références :

    1.Reyes AZ, et al. Anti-inflammatory therapy for COVID-19 infection: the case for colchicine. Ann Rheum Dis Novembre 2020. https://doi.org/10.1136/annrheumdis-2020-219174 
    2. Horby P, et al. Colchicine in patients admitted to hospital with COVID-19 (RECOVERY): a randomised, controlled, open-label, platform trial. MedRxiv. Mai 2021. https://doi.org/10.1101/2021.05.18.21257267  
    3.Pinzon MA, et al. Clinical Outcome of Patients with COVID-19 Pneumonia Treated with Corticosteroids and Colchicine in Colombia. Annals of Clinical Microbiology and Antimicrobial, en évaluation  https://doi.org/10.21203/rs.3.rs-94922/v1 
    4.Defteros SG, et al. Effect of Colchicine vs Standard Care on Cardiac and Inflammatory Biomarkers and Clinical Outcomes in Patients Hospitalized With Coronavirus Disease 2019. The GRECCO-19 Randomized Clinical Trial. JAMA Netw Open, Juin 2020. https://doi.org/10.1001/jamanetworkopen.2020.13136 
    5.Tardif JC, et al. Efficacy of colchicine in non-hospitalized patients with COVID-19. Lancet Respir Med 2021. Janvier 2021. https://doi.org/10.1016/S2213-2600(21)00222-8 

Evaluation de nouveaux traitements