#149 On me propose un nouveau traitement pour le COVID-19, que dois-je vérifier avant d'accepter ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, de nombreuses « recettes miracles », présentées comme des protocoles de traitement, ont été proposées comme traitement du COVID-19.

attentionLa plupart de ces médicaments ou associations de médicaments, ou encore thérapeutiques non médicamenteuses n’ont pas fait la preuve scientifique de leur efficacité dans cette indication. *

Avant de prendre un « nouveau » traitement curatif ou préventif du COVID-19, il faut s’assurer que celui-ci est prescrit dans le cadre d’un protocole de recherche bien encadré et autorisé par les autorités. En effet, il n’existe actuellement pas de traitement validé pour la prise en charge du COVID-19.

attention Toute prescription d’un médicament hors protocole de recherche constitue donc une prescription « hors AMM », c’est-à-dire ne respectant pas les indications reconnues par l’autorisation de mise sur le marché délivrée par l'état.

Avant d’être débuté, un protocole de recherche clinique portant sur un nouveau traitement doit recevoir :

  • un avis favorable du CPP (Comité de Protection des Personnes) qui s’assure du bien-fondé et la pertinence du projet de recherche, ainsi que de sa qualité méthodologique et de la sécurité des participants.
  • une autorisation de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) qui évalue la qualité et la sécurité de l’utilisation des médicaments et les garanties pour la sécurité des personnes dans l’essai.

Tout au long de l’essai clinique, les effets indésirables potentiels du traitement à l’essai sont surveillés et signalés à l’ANSM. Un protocole peut être à tout moment suspendu ou arrêté si les conditions de sécurité ne sont plus réunies.
Une fois terminé, les résultats obtenus pourront servir à demander une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) pour ce médicament auprès de l’ANSM.
Afin de répondre à des situations urgentes, les délais de réponse des différentes autorités peuvent être raccourcis, sans toutefois compromettre leurs objectifs. C'est tout particulièrement le cas durant la période d'épidémie COVID-19, où des procédures accélérées ont été mises en place.

Par ailleurs, avant de débuter un essai thérapeutique, les participants doivent signer un consentement ECRIT, qui est « libre et éclairé », c’est-à-dire en toute connaissance des potentiels risques et sans pression. Ainsi, de nombreux « protocoles » de traitement promus actuellement (mélange azithromycine / montélukast / zinc, céphalosporines (C3G), mélange vitamine C et corticoïdes, bétadine (cf. question #126), bleu de méthylène (cf question #142), etc.), même par des médecins, n’ont pas fait la preuve de leur efficacité et sont même pour certains dangereux.

Nous rappelons que ces pratiques peuvent s'apparenter à du charlatanisme, et qu’elles sont interdites par le Code de la Santé Publique :
  • "Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé. Toute pratique de charlatanisme est interdite." (Article R4127-39 du CSP),
  • "Le pharmacien doit veiller à ne jamais favoriser, ni par ses conseils ni par ses actes, des pratiques contraires à la préservation de la santé publique. Il doit contribuer à la lutte contre le charlatanisme, notamment en s'abstenant de fabriquer, distribuer ou vendre tous objets ou produits ayant ce caractère." (Article R4235-10 du CSP).

doigt N'acceptez donc pas de recevoir un traitement non validé par les instances et n'acceptez de participer qu'à des études cliniques ayant reçu les autorisations appropriées (voir la liste ici )

Références :

* Quelques traitements comme l'oxygénothérapie et le paracétamol ont montré leur efficacité en cas d'hypoxie ou de fièvre, mais aucun traitement n'a, a ce jour, montré d'efficacité antivirale contre le SARS Cov-2, responsable du COVID-19.

  • Dernière mise à jour le .

Conception Internet Bordeaux LOGO internet bordeaux mini - Webmaster Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.