#086 La phytothérapie est-elle efficace pour prévenir ou traiter une infection à COVID-19 ?

La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts.

A l'heure actuelle, aucune donnée scientifique ne permet de démontrer l'efficacité de la phytothérapie, quelle que soit la plante, pour prévenir ou traiter une infection COVID-19. La plante Artemisia annua (ou armoise annuelle), a notamment fait l’objet d’allégations selon lesquelles elle pourrait théoriquement prévenir ou guérir l’infection à COVID-19, mais son efficacité clinique (chez l’homme) n’a jamais été démontrée.

En revanche, certains compléments alimentaires à base de plante possèdent des propriétés anti-inflammatoires ou immunomodulatrice susceptibles de perturber des mécanismes de défense inflammatoires utiles pour lutter contre les infections, et en particulier contre le COVID-19. Les compléments alimentaires identifiés comme potentiellement contreproductifs dans la défense contre le coronavirus sont ceux contenant :

  • des dérivés d'acide salicylique (comme l'aspirine), comme le saule, la reine-des-prés, le bouleau, le peuplier, la verge d'or, les polygalas
  • d'autres anti-inflammatoires végétaux: l'harpagophytum, les échinacées, le curcuma, la griffe du chat, les plantes des genres Boswellia et Commiphor

Des plantes utilisées comme immunostimulantes n’ont pas démontré d’activité sur le COVID-19. Nous déconseillons leur utilisation dans le cadre d’une protection à l’infection.
Il est recommandé aux personnes consommant des compléments alimentaires contenant ces plantes dans un but préventif de suspendre leur consommation dès l’apparition des premiers symptômes du COVID-19 (toux, fièvre, courbatures…).

attentionPar ailleurs, même en dehors du contexte de l'épidémie au COVID-19, les compléments alimentaires doivent être utilisés avec précaution car certains ne sont pas dénués de toxicité et peuvent engendrer des interactions avec certains médicaments. Il est recommandé de demander conseil à votre pharmacien ou auprès de votre centre régional de pharmacovigilance (https://www.rfcrpv.fr/contacter-votre-crpv/) avant d'en consommer.

A titre d’exemple, voici une liste non exhaustive de plantes qui peuvent être présentes dans des compléments alimentaires : armoise, aubépine, valériane, menthe poivrée, ginseng, ginkgo, millepertuis…

Pour en savoir plus sur :

  • Les risques liées à la consommation de curcuma dans le contexte de l'épidémie du COVID-19 : vous pouvez consulter la question #127.
  • Les risques liés à la prise d'AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) en cas de fièvre, de toux, ou de myalgies dans le contexte de l'épidémie au COVID-19, consultez les questions #002 et #012.

 Références :
https://ansm.sante.fr/Activites/Medicaments-a-base-de-plantes/Medicaments-a-base-de-plantes-Quels-sont-les-risques
https://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80%99anses-met-en-garde-contre-la-consommation-de-compl%C3%A9ments-alimentaires-pouvant-perturber-la
https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/L-ANSM-met-en-garde-contre-les-produits-presentes-sur-Internet-comme-des-solutions-au-COVID-19-dont-l-Artemisia-annua-Point-d-information

Autres

  • Dernière mise à jour le .

Conception Internet Bordeaux LOGO internet bordeaux mini - Webmaster Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.